Un nouveau joueur robotisé !

Image

Les joueurs de foot professionnels ont de quoi se faire des cheveux blancs. Un nouveau talent pourrait bien leur voler la vedette. Tout en plastique et en circuit électrique, l’Institut d’automatisation de l’Université de Stuttgart (IAS) présente Golias. Un robot gardien de but, tout simplement.

 Tout est né d’un pari. En juin 2007, les étudiants de l’IAS de Stuttgart sont en déplacement sur le salon du « Parc aux Idées » : une sorte de foire de l’innovation technologique, où l’on trouve des ateliers, des expériences, des spectacles et des expositions. Quelque 500 ingénieurs, chercheurs, inventeurs et élèves, répondent aux questions des visiteurs.  Lors de la cérémonie d’ouverture, un prof de l’IAS lance, en blaguant, une idée un peu folle : « Nous allons construire un gardien de but automatisé capable de rivaliser avec les meilleurs joueurs du VfB Stuttgart ». C’est ce qui s’appelle mettre la barre haut, très haut : le Verein fûr Bewegungsspiele Stuttgart (VfB) est un club qui évolue en Championnat d’Allemagne de football ; il a remporté le titre à cinq reprises et trois fois la coupe d’Allemagne !

Mais les étudiants allemands ont de la ressource : quelques années plus tard, leur Oliver Kahn synthétique est né ; il s’appelle « Golias ». Physiquement, il n’est pas très impressionnant : c’est une grande silhouette en plastique accrochée à l’entrée des buts. Qu’on ne s’y fie pas, son « coup d’œil » est redoutable ! Le robot est en effet muni de trois caméras vidéo dont les images sont instantanément analysées par un  processeur des plus véloces : en 400 milli secondes, il analyse la trajectoire du ballon et commande la bonne position de « Golias » pour arrêter la balle. Au salon « Intel Extreme Gamers » d’Hanovre où le vrai-faux gardien de but a été testé, ses prouesses ont laissé tout le monde bouche bée. Alors, imbattable, le « Golias » ? Hum, pas sûr. Il n’est pas assez grand pour atteindre les angles supérieurs de la cage… Allons les gars, c’est là qu’il fallait viser !

Voiture de maître avec chauffeur

Image

Toutous au volant, morts au tournant ? Pas d’inquiétude, ces trois cabots néo-zélandais ont subi un entrainement intensif. Ce n’est qu’après sept semaines de dressage qu’ils ont été autorisés à se mettre à la place du pilote.

Une voiture animalisée

Ceinture de sécurité enclenchée, une patte sur le volant, l’autre sur les gaz, les trois canidés enchainent les dix mouvements qu’ils ont appris pour diriger le véhicule. Guidés par un dresseur, ils parcourent lentement et prudemment leur chemin au volant d’une voiture aménagée pour l’occasion, apportant accélérateur, frein et clé de contact à portée de coussinets (situés sous les pattes des chiens).

Niche avec garage ?

Cette idée pas banale vient de la SPA néo-zélandaise. L’initiative tend à prouver que les chiens abandonnés n’en sont pas pour autant des bêtes de secondes zones et peuvent démontrer autant d’intelligence que les animaux bénéficiant d’un bon pedigree.

L’association espère ainsi booster les adoptions et trouver un foyer (avec garage ?) pour les chiens dont elle s’occupe.

Voilà qui pourrait révolutionner les balades avec votre ami à quatre pattes… à moins que votre truc, ce soit plutôt les perroquets…

L’explosion du e-commerce

Image

Avec un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros en 2011, Cdiscount est la plus grande entreprise d’Aquitaine en termes de chiffre d’affaires. C’est une des entreprise leader de vente de produits hard discount en ligne, comme quoi malgré la crise, l’économie en Aquitaine se porte plutôt bien. Ce qui laisse à penser que le e-commerce est une filière en plein essor, à développer.